Clôture et succès du projet "renforcement des relations entre les organisations de la société civile du secteur agricole (OSCA) et les autorités locales dans la province de Khentii"

L’ONG française GERES (Groupe Energies Renouvelables, Environnement et Solidarité) est présente en Mongolie depuis 2010 et cherche à promouvoir des solutions innovantes adaptées aux conditions climatiques mongoles, principalement dans l’efficacité énergétique et le développement de l’agriculture. En tant qu’acteur sur le terrain, GERES privilégie une approche participative et solidaire en menant ses actions en partenariat avec les acteurs locaux.

PNG

Le projet « renforcement des relations entre les organisations de la société civile du secteur agricole (OSCA) et les autorités locales dans la province de Khentii », sur trois ans et sur financement européen, a été clôturé le 15 février 2019. Ce projet a été mis en œuvre en collaboration avec l’ONG Caritas République tchèque et l’Association nationale des coopératives agricoles mongoles (NAMAC).

L’attachée agricole de l’ambassade de France en Mongolie a assisté à l’évènement pour manifester son soutien aux actions de GERES et a pu présenter la coopération agricole franco-mongole au gouverneur du Khentii, M. Ganbyamba, ancien vice-ministre de l’agriculture.

L’objectif du projet est de développer le maraîchage par l’accroissement de la compétitivité du secteur, via trois axes majeurs suivants :
1. Renforcer le rôle de plaidoyer des OSCA pour obtenir un dialogue multi-parties prenantes ;
2. Renforcer les connaissances et compétences techniques des OSCA ;
3. Développer des facilités de stockage et améliorer les capacités de conservation.

Le maraîchage est un secteur prometteur pour la Mongolie qui recherche une diversification à la fois dans son économie et dans le régime alimentaire de sa population. Bien que le pays soit soumis à un climat très continental avec un hiver long et rude, quelques régions du pays présentent des avantages pour cette production, telle que la province de Khentii (composition favorable des sols et fortes précipitions).

Sur ces trois dernières années, le travail de GERES s’est traduit par :
• La mise en place de formations en production maraîchère ;
• La transmission de son savoir-faire, c’est-à-dire, l’association de technologies énergétiques et d’une technicité agricole (caves bioclimatiques, serres solaires passives, systèmes d’irrigation, etc.) pour augmenter la capacité de production et de stockage ;
• La fourniture d’outils de support pour les formations (fermes d’expérimentation, équipements, ouvrages, etc.) ;
• L’octroi d’une dizaine de micro-subventions aux agriculteurs pour appuyer l’initiative locale.
• L’implication des autorités locales à chaque étape du projet ;

Lors de l’évènement de clôture, les bénéficiaires du projet ont souligné la réussite des actions menées ces trois dernières années. Ils ont cependant signalé les obstacles restant encore à surmonter : manque de certification et traçabilité des semences / manque de compétence en marketing / manque d’accès à des équipements trop couteux. Les OSCA souhaitent renforcer leur rôle de plaidoyer lors des discussions avec les autorités.

Dernière modification : 25/02/2019

Haut de page