Forum de Paris pour la Paix 2020 – Appel à projets [mn]

Le Forum de Paris sur la Paix, initiative annuelle soutenue par le Président Emmanuel Macron, vise à fédérer et porter l’engagement en faveur du multilatéralisme de tous les acteurs de la gouvernance mondiale – États, organisations internationales, ONG, entreprises. Il propose une plateforme universelle, multi-acteurs, centrée sur la valorisation d’initiatives et de projets concrets, en soutien aux grandes institutions internationales comme l’ONU.
Le Forum de Paris sur la Paix (https://parispeaceforum.org/fr/) est porté par une association présidée par l’ancien Commissaire européen et ancien directeur général de l’OMC, M. Pascal Lamy. Neuf entités sont ses membres fondateurs : Sciences Po Paris ; Institut français des relations internationales IFRI ; l’Institut Montaigne ; la fondation Körber ; la Fondation Mo Ibrahim ; l’organisation mexicaine Mexico Evalua ; l’organisation indienne RIS-Research and Information System for Developing Countries ; le ministère français de l’Europe et des affaires étrangères, et, depuis mars 2020, l’organisation indonésienne Foreign Policy Community of Indonesia (FPCI). L’Aga Khan Development Network, qui a soutenu le Forum dès son origine, rejoindra formellement les membres fondateurs de l’association d’ici l’été..
La première édition du Forum de Paris sur la Paix, adossée aux commémorations du centenaire de l’Armistice de la première guerre mondiale, a eu lieu du 11 au 13 novembre 2018. La deuxième édition s’est tenue du 11 au 13 novembre 2019.

1. Enjeux de l’édition 2020 : « rebondir vers un monde meilleur » dans le contexte de la pandémie du COVID-19.


La pandémie du COVID-19 a mis en évidence l’urgence d’une meilleure organisation collective : la convalescence et le rebond de nos sociétés ne pourront être le fait d’un seul pays, ni même des seuls États. Le Forum de Paris, qui œuvre depuis 2018 à construire de nouvelles formes d’action collective associant les divers acteurs de la gouvernance mondiale, constitue une enceinte privilégiée pour élaborer des réponses ou échanger sur les réponses déjà formulées pour faire face à cette crise. Aussi, sa troisième édition, du 11 au 13 novembre 2020, sera principalement consacrée à la réponse multi-acteurs au COVID-19, avec la conviction qu’il est possible de se saisir de la situation actuelle comme une opportunité de répondre ensemble aux défis présents et se préparer aux défis futurs.

2. Un événement au format hybride.


Pour tenir compte d’un contexte qui demeure incertain, le Forum a retenu pour sa troisième édition un format hybride, avec une partie physique et une partie en ligne. L’importance respective de chaque partie dépendra des conditions de voyage et de rassemblement à l’automne.
La partie présentielle restera centrale dans l’évènement. Les séquences phares de ce volet comprendront :
· Le 11 novembre, la cérémonie d’ouverture avec les chefs d’État et d’organisations internationales, invités par le Président Emmanuel Macron à travailler sur une réponse collective au COVID-19 ;
· Le 12 novembre, le sommet « Finance en commun » des banques publiques de développement, centré également sur cette crise et sur la poursuite des Objectifs de développement durable (https://financeincommon.org/) ;
· Le 13 novembre, le volet « Entreprises » du Forum de Paris sur la Paix, organisé autour des acteurs du secteur privé qui se mobilisent pour améliorer la réponse collective et la résilience au COVID-19.
Tout au long de l’événement seront présentés des projets sélectionnés provenant d’ONG et de fondations, du secteur privé, d’organisations internationales, de banques publiques de développement, de collectivités locales, d’universitaires et d’experts, dont le nombre exact en présentiel sera déterminé au regard de la situation sanitaire à l’automne.
La partie numérique de l’événement accompagnera et complétera la partie physique en connectant de nombreux participants du monde entier à des débats de haut niveau et en permettant aux porteurs de projets de présenter leur initiative. Le cadre innovant du Forum offrira à un large public des possibilités d’interagir en ligne avec les porteurs de projet ainsi qu’avec des participants de haut niveau, et de tester de nouvelles formes dynamiques de mise en contact et de réseautage.

3. Trois axes pour élaborer les stratégies pour le COVID-19 et penser le monde d’après


La troisième édition du Forum portera aussi bien sur l’amélioration de la réponse collective immédiate au COVID-19 que sur les enjeux de résilience, et au-delà sur la reconstruction d’un monde plus durable, à travers trois axes :
· améliorer la gouvernance mondiale de la santé, autour de l’OMS comme chef de file, avec comme objectif d’augmenter la coordination entre les acteurs, de lancer des initiatives, de renforcer les mécanismes d’alerte et de préparation, et de renforcer les systèmes de santé nationaux dans les pays en développement ;
· repenser et verdir le capitalisme, en construisant des économies plus durables : au-delà des mesures d’urgence nécessaires – y compris pour les pays en développement – afin de relancer et soutenir l’activité, il s’agit de construire des économies plus justes et inclusives, au travers de systèmes de protection sociale et de systèmes de production durables sur le plan environnemental. Le sommet « Finance en commun » s’inscrit dans cet axe ;
· faire du big data et des médias sociaux des solutions à la pandémie, y compris à travers la lutte contre les « infodémies », qui appellent un renforcement des efforts lancés dès la première édition du Forum pour lutter contre les manipulations de l’information.
D’autres questions de gouvernance globale telles que les architectures régionales de sécurité, l’égalité femmes-hommes, l’éducation (particulièrement les menaces pesant sur les systèmes éducatifs fragiles), la biodiversité – notamment la protection des océans et l’accès à l’eau potable – ainsi que la gouvernance de l’espace exo-atmosphérique seront également à l’ordre du jour (cf. infra les objectifs de l’appel à projets).
À ce titre, au-delà des initiatives portées par la diplomatie française qui pourront être présentées ou lancées, le Forum de Paris sur la Paix est susceptible d’accueillir les initiatives de coalitions de pays étrangers ou d’organisations internationales susceptibles, autour des axes retenus pour la troisième édition, d’avoir un effet systémique sur l’un des pans de la gouvernance mondiale.

4. Appel à projets.


Un appel à projets est ouvert jusqu’au 24 juin 2020. Il est organisé comme en 2019 autour des six thématiques du Forum (paix et sécurité, développement, environnement, nouvelles technologies, économie inclusive, culture et éducation) et couvrant largement le spectre des objectifs de développement durable.
Les porteurs d’un projet de gouvernance, États y compris, sont invités à soumettre leur candidature, en français ou en anglais, par voie dématérialisée via le site depuis cette adresse : https://parispeaceforum.org/fr/appel-a-projets/. Y figurent également le règlement de l’appel à projets et une rubrique FAQ.
L’appel à projets donnera la priorité aux projets et initiatives du monde entier visant à améliorer notre réponse collective au COVID-19. Une attention particulière sera cependant donnée également aux initiatives portant sur les objectifs suivants :
• Construire des architectures de sécurité plus solides ;
• Réconcilier le financement du développement et les efforts pour le climat ;
• Inventer un capitalisme durable ;
• Protéger les océans ;
• Améliorer l’accès à l’eau potable ;
• Rendre l’espace exo-atmosphérique plus sûr et mieux régulé ;
• Sécuriser le cyberespace ;
• Réguler l’utilisation des données et l’intelligence artificielle ;
• Faire progresser la gouvernance de l’éducation ;
• Assurer l’égalité entre hommes et femmes.
Pour être éligible, chaque projet doit remplir les conditions cumulatives suivantes :
• Proposer une solution innovante pour relever un défi transnational, que ce soit :
-  Un projet normatif : instrument juridique, standard et bonnes pratiques ;
-  Un projet organisationnel : nouvelle institution, mécanisme, méthodologie ou outil organisationnel ;
• Proposer une approche coopérative ;
• Être présenté par une organisation et non par un individu ;
• Être porté par une équipe qui pourra déléguer au moins deux personnes à Paris ;
• Être lié à l’une des six thématiques précitées du Forum ;
• Être à un stade avancé de sa conception ou à la phase initiale de sa mise en œuvre.
La qualité et l’intérêt de chaque projet seront également examinés à la lumière des critères suivants :
• L’importance politique de la problématique abordée ;
• Le caractère innovant de la solution ou de l’outil proposé ;
• La diversité et le nombre de parties prenantes impliquées ;
• La faisabilité ;
• Les résultats et l’étendue de l’impact ;
• L’universalité, les perspectives de développement, d’expansion ou de réplication ;
• La capacité à servir l’intérêt commun.
Les candidatures seront examinées par un comité de sélection, qui rendra publique le 1er juillet la liste des projets retenus.
L’appel à projets s’adresse à tous les acteurs de la gouvernance mondiale : États, organisations internationales, ONG, entreprises, agences de développement, fondations, organismes philanthropiques, groupes religieux, associations, think-tanks, universités.
Les porteurs des projets retenus sont invités à les présenter devant le Forum. En 2020, en raison des circonstances extraordinaires créées par la pandémie COVID-19, seuls certains projets seront en mesure de se rendre à Paris. Tous les autres projets sélectionnés se verront proposer une présentation numérique avec des fonctionnalités innovantes et des outils dédiés d’interaction et de mise en réseau avec les participants.
En participant au Forum de Paris sur la Paix, que ce soit en présentiel à Paris ou via la plateforme numérique dédiée, les porteurs des projets retenus bénéficierons d’une occasion unique de :
• Faire connaitre leur projet auprès de différents publics (sous forme de pitch, lors d’un débat interactif, ou grâce aux divers outils numérique de networking) ;
• Confronter leur projet lors de débats avec des dirigeants du monde entier (des élus, des officiels et des experts de la gouvernance mondiale) ;
• Faire gagner leur projet en visibilité (grâce à la présence de milliers de participants et à la couverture médiatique de l’événement) ;
• Rencontrer des partenaires partageant les mêmes idées (des chefs d’État et de gouvernement, des dirigeants d’organisations internationales ou d’entreprises, des philanthropes, des experts et des journalistes).
A l’issue du Forum, un comité de suivi accompagnera tout au long de l’année 2021 dix projets lauréats, les plus pertinents et prometteurs, qui seront sélectionnés en novembre, pendant l’évènement, dans leurs activités de :
• Plaidoyer ;
• Communication ;
• Développement organisationnel ;
• Partenariats et collecte de fonds.

Dernière modification : 04/06/2020

Haut de page