L’ONG française GERES présente les principaux résultats de son programme CEMAATERR « Climat-Energie : Mesures d’Adaptation et d’Atténuation sur les Territoires Ruraux »

Le lundi 24 juin, l’ONG française GERES (Groupe Energies Renouvelables, Environnement et Solidarités) - en présence du Président de l’Assemblée Représentative Citoyenne de la province de l’Arkhangaï, M. B. Usukhbayar, de la Vice-Gouverneur de l’Arkhangaï, Mme B. Bolormaa, de M. L. Erdenboulgan, directeur de l’administration publique du Ministère de l’Environnement et du Tourisme et de cette ambassade - a présenté les principaux résultats du programme CEMAATERR en Mongolie.

Le programme CEMAATERR « Climat-Energie : Mesures d’Adaptation et d’Atténuation sur les Territoires Ruraux » financé par l’Agence Française de Développement (AFD) et mis en œuvre par le Groupe pour l’environnement, les énergies renouvelables et la solidarité (GERES), vise à développer une approche territoriale des enjeux énergétique et climatique pour accroitre la résilience sociale et économique des territoires.

Ce programme est mis en œuvre au Bénin, Cambodge, Maroc et Mongolie depuis 2016 pour une durée de trois ans. En Mongolie, GERES a mis en place ce programme dans la province de l’Arkhangaï afin de conduire une étude participative des vulnérabilités aux changements climatiques, d’accompagner les autorités locales pour une meilleure prise en compte des changements climatiques dans la planification locale et d’identifier et accompagner la mise en œuvre d’actions dans les secteurs de l’efficacité énergétique et la gestion des ressources naturelles.

Pour rappel, la Mongolie est l’un des pays plus directement concernés par les changements climatiques. La province de l’Arkhangaï en est un exemple et est principalement touché par la déforestation, des évènements climatiques exceptionnels de plus en plus fréquents (moins de neige, inondations, tornades), la raréfaction des points d’eau (un lac de 600ha a disparu entre 2003 et 2007) et l’augmentation constante de la température annuelle, avec les conséquences pour la faune et la flore envahies par des espèces venant du Sud.

Le programme arrive à son terme fin 2019. Cet évènement était donc l’occasion de partager et valoriser les principaux résultats du projet CEMAATERR dans l’Arkhangaï, l’engagement de cette province dans la lutte contre les changements climatiques et de recueillir des retours d’expériences et recommandations des différentes parties prenantes afin de tendre vers une prochaine étape du projet. L’évènement a permis de présenter aux autorités centrales l’Arkhangaï comme province témoin dans cette gestion des changements climatiques à échelle locale.

L’Ambassade félicite l’ONG et la province de l’Arkhangaï pour son investissement et son travail.

Dernière modification : 27/06/2019

Haut de page