L’entretien du mois de janvier : Nara et Pierre, fondateurs de l’association Ecosoum et acteurs du développement durable en milieu rural

Narantuya Gursed et Pierre Guerber ont accepté de répondre à quelques questions pour décrire Ecosoum, les raisons qui les ont poussés à construire ce beau projet et leurs perspectives futures.

PNG - 564.8 ko
Nara et Pierre, fondateurs d’Ecosoum

Comment est née l’idée de fonder Ecosoum et pourquoi avoir choisi la Mongolie ?

L’idée d’Ecosoum est née d’un constat et de l’interrogation qui en a découlé : le monde fait aujourd’hui face à de multiples crises environnementales, économiques et sociales intimement liées entre elles, et il est devenu nécessaire d’opérer une transition vers une société nouvelle, à la fois plus écologique et plus solidaire. Mais comment, à notre niveau, participer à ce mouvement de transition et comment contribuer à résoudre ces crises mondiales ?

Comme beaucoup, nous avons d’abord pensé à rejoindre de grandes ONG internationales qui travaillent sur ces questions depuis longtemps. Nous avons repris des études dans le secteur de l’humanitaire et du « développement international » puis avons travaillé quelques temps dans des grandes structures. Cependant, nous avons rapidement été saisis par ce que nous considérons comme de sérieuses limites à l’approche du « développement international ». Pour n’en citer que quelques-unes parmi les plus importantes : une déconnexion des problématiques locales et un certain manque de légitimité à intervenir dans des pays étrangers ; des coûts exorbitants liés à l’expatriation et aux frais de siège ; une rigidité et une bureaucratie pesantes ; et, au final, des résultats trop souvent discutables dans la durée. Il nous est apparu qu’une approche plus locale était indispensable pour dépasser ces limites et réellement mettre les populations concernées en capacité de résoudre leurs propres problèmes et définir leur propre vision de ce que pourrait être leur « développement ».

Dès lors, nous expatrier était devenu éthiquement hors de question et, en tant que couple franco-mongol, nous avions donc le choix entre travailler en France ou en Mongolie. Bien que notre pays connaisse de nombreux problèmes, il nous a semblé que les besoins et les marges de manœuvre étaient sans doute plus grandes encore en Mongolie, d’autant que la campagne nous parait beaucoup trop négligée. Nous avons donc décidé de nous installer à Khishig-Undur (province de Bulgan), le soum natal de Nara où vivent toujours plusieurs de ses proches, et de fonder Ecosoum.

Qu’est-ce qu’Ecosoum ?

Créé et enregistré en Mongolie, Ecosoum se définit comme un mouvement citoyen local à Khishig-Undur. Fondée sur des valeurs écologiques et de solidarité, l’association, ouverte à tous, a pour objectif d’accroitre la capacité des habitants du soum à faire face à leurs (nos) problèmes tout en renforçant l’autonomie et la résilience du soum.

Pour ce faire, nous essayons de travailler sur des sujets essentiels tels que l’agriculture et l’élevage, la gestion des déchets, la construction ou l’énergie. Plus largement, nous cherchons à encourager toute initiative locale permettant de favoriser la transition vers des modes de vie sobres et durables, y compris en soutenant la production artisanale et la diffusion en circuits courts de biens et services locaux utiles à la population du soum. Notre éthique est centrée sur des principes tels que la protection de l’environnement, la réduction des inégalités socio-économiques, ou encore la décentralisation démocratique.

Quels sont les prochains objectifs d’Ecosoum ?

Jusqu’à présent, à la demande de la population et des autorités locales, nous avons principalement travaillé sur la gestion des déchets (totalement inexistante jusqu’alors), tout en préparant le terrain aux autres projets. Nous avons passé plus d’un an à échanger avec les habitants et autres acteurs locaux pour définir au mieux ce que pourrait être un système efficace de gestion des déchets à Khishig-Undur. Ce travail de fond de sensibilisation et de plaidoyer va désormais nous permettre de mettre en œuvre des actions plus concrètes pour aboutir d’ici quelques années à un soum tendant vers le zéro déchet ultime.

Par ailleurs, nous allons démarrer une exploitation agricole qui se voudra un modèle visant à encourager d’autres habitants à s’installer, avec le soutien d’Ecosoum, comme agriculteurs. L’objectif sera, d’ici quelques années, d’atteindre la souveraineté alimentaire locale en produisant à Khishig-Undur tous les légumes consommés par ses habitants.

Nous allons aussi mener une grande enquête de terrain, en interrogeant tous les foyers du village, afin de déterminer précisément quels biens et services sont actuellement produits et lesquels font à leurs yeux défaut, afin de pouvoir en soutenir efficacement la production. Dans le même but, nous souhaitons établir un ou plusieurs ateliers collaboratifs qui pourront mettre à disposition de petits artisans isolés de nouveaux équipements, voire du micro-crédit. Enfin, nous prévoyons également d’ouvrir un magasin de produits locaux pour en favoriser la commercialisation dans le village.

Liens utiles :

-  Site internet d’Ecosoum
-  Facebook d’Ecosoum

PNG - 1012 ko
Khishig-Undur dans la province de Bulgan, lieu des activités d’Ecosoum

Dernière modification : 16/01/2020

Haut de page