4ème atelier international Oulan-Bator 2016 de l’ENSAPLV

Après la mission de l’Atelier Parisien d’Urbanisme (APUR) à Oulan Bator en octobre 2012, à l’invitation du Maire d’Oulan Bator sur l’expertise du schéma directeur et la venue à Paris d’une délégation de techniciens et d‘élus d’Oulan Bator en décembre 2012, un partenariat franco-mongol s’est mis en place pour créer un atelier international d’architecture et d‘urbanisme porté par des enseignants de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de la Villette.
JPEG Ce partenariat, piloté par l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris la Villette (ENSAPLV), regroupe la municipalité d’Oulan Bator, l’Institut d’urbanisme d’Oulan Bator/MPACC, l’université des Sciences et des technologies de Mongolie (MUST), l’APUR et la Maison des Sciences de l’Homme Nord (MSH Nord). Depuis 2016, l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Saint-Etienne (ENSASE) est également partenaire. L’atelier est soutenu par l’Ambassade de France en Mongolie et le MAEDI et bénéficie de la collaboration technique de l’Alliance française d’Oulan Bator.

Trois sessions de cet atelier ont eu lieu successivement en septembre 2013, 2014 et 2015 à Oulan Bator et une session s’est tenue en Mars 2015 à Paris. Le dernier atelier a eu lieu en septembre 2016 à Oulan Bator. Cet atelier qui réunit étudiants et enseignants français et mongols ainsi que des experts de Paris et d’Oulan Bator produit chaque année des travaux d’analyse et de projet sur la ville d’Oulan Bator et donne lieu à des séminaires et à une exposition des travaux lors de chaque session.

Après des travaux sur les quartiers de yourtes en 2013 - Les figures de la ger - et les grands ensembles de logements de la période socialiste en 2014 - L’entre-deux barres - , la session de 2015 – Marge(s) et centre(s) - a exploré d’une part, les quartiers les plus excentrés, situés en limite de l’espace urbain et de l’espace rural, d’autre part les situations urbaines particulières engendrées par des installations industrielles de l’époque soviétique aujourd’hui en déprise et porteuses, de ce fait, d’enjeux urbains importants.

L’atelier de 2016 – Si proche, si loin -a été l’occasion de se pencher plus attentivement sur la question de la nature en ville, des ressources qu’elle offre à la constitution des paysages, en privilégiant des approches écosystémiques.
Dans ce cadre, l’atelier a invité Gilles Clément, paysagiste français (après l’anthropologue Michel Agier en 2015), pour qu’il arpente la ville avec les enseignants et les étudiants parisiens et mongols, de la source de la Selbe au jardin botanique d’Amgalan, de Gachuurt aux parterres de cosmos des sokhs du centre ville, et qu’il pose avec eux son regard critique et bienveillant sur l’avenir d’Oulan Bator.
En point d’orgue de l’atelier, Gilles Clément, a donné une conférence sur ses travaux réalisés aux quatre coins du monde et sur la notion de tiers paysage mais aussi sur sa compréhension de la Ville d’Oulan Bator après quatre jours sur place. Cette conférence fut suivie d’un échange avec les nombreux étudiants, spécialistes ou simples amateurs d’architecture, d’urbanisme et de nature, présents.
En 2017 cette coopération donnera lieu à un cinquième atelier international et fin 2018 à la sortie d’une publication qui prendra la forme d’une monographie sur la Ville d’Oulan Bator.
De plus, pendant l’année universitaire 2016/2017 deux enseignants de l’Université des sciences et de technologie d’Oulan Bator effectueront un séjour d’étude à ENSAPLV dans le cadre du programme Erasmus +.
Ce sera aussi l’occasion pour eux de participer au colloque L’Entre-deux barres qui se déroulera à la Cité de L’Architecture et du Patrimoine de Chaillot à Paris.

Encadrants de l’atelier :

Olivier BOUCHERON, architecte, atelier nelobo, ENSAPLV
Maria-Anita PALUMBO, anthropologue, ENSAPLV puis ENSASE
Christiane BLANCOT, architecte, urbaniste, APUR, ENSAPLV
Amgalan SUKHBAATAR, architecte, MUST
Uelun ALTANGEREL, paysagiste, MUST

Avec la participation de :

Léa Hommage, paysagiste, en 2013
Martin GASC, architecte, en 2015 et 2016
Camille Rouaud, architecte, en 2016

Des étudiants de l’école d’interprétariat d’Oulan Bator se sont joints au groupe d’étudiants mongols et français afin de faciliter la communication entre eux et avec la population.

Dernière modification : 18/10/2016

Haut de page