L’entretien du mois de juin : Mme Anne-Camille Souris, présidente, co-fondatrice et directrice de recherche de l’Association GOVIIN KHULAN

Mme Anne-Camille Souris, spécialiste du comportement animal, a créé l’Association GOVIIN KHULAN afin de mener des études sur l’âne sauvage de Mongolie et contribuer à sa conservation.

1. Pouvez-vous nous présenter l’ONG Goviin Khulan ?

L’ONG Goviin Khulan a été fondée en 2007 en réponse au manque d’actions menées en Mongolie pour la conservation de l’hémione de Mongolie, précisément dans le sud et l’est du désert de Gobi où la population de cette espèce est la plus importante. Cette association a été créée à mon initiative après de premières recherches conduites sur l’écologie de cette espèce en 2004 dans le parc national du Great Gobi B puis en 2006 dans la région sud du désert de Gobi, ainsi qu’à la suite de concertations avec des spécialistes mongols de la conservation des espèces sauvages. Notre association coopère depuis le début avec des organisations non-gouvernementales et gouvernementales locales, et avec la communauté vivant dans notre région d’étude.

2. Pouvez-vous nous parler de l’hémione de Mongolie ? Pourquoi cet intérêt pour cet animal que l’on appelle également âne sauvage de Mongolie ?

L’hémione de Mongolie, que l’on appelle également âne sauvage de Mongolie, ou "khulan" en mongol, fait partie de la famille des équidés, tout comme le cheval de Przewalski mais aussi l’âne sauvage d’Afrique et les différentes espèces de zèbres de ce continent. L’hémione de Mongolie représente l’une des 5 sous-espèces reconnues d’hémione d’Asie, les autres sous-espèces se trouvant en Iran, en Inde, au Turkménistan et avec des populations réintroduites au Kazakhstan, en Ouzbékistan, en Israël, et aux Emirats Arabes. La Mongolie représente aujourd’hui un site d’importance pour la protection de l’espèce entière étant donné qu’elle regroupe près de 80% de la population mondiale.

L’hémione est une espèce protégée internationalement. Elle est enregistrée dans la liste rouge de l’UICN comme "proche de la menace" mais fut enregistrée comme "menacée" jusqu’en 2015. Son statut pourrait être bientôt révisé face aux différentes menaces affectant sa survie. Elle est également enregistrée en appendice 2 de la CITES. L’hémione de Mongolie est également protégée en Mongolie et est enregistrée dans le livre rouge des espèces menacées du pays.

Lors de mes recherches sur le cheval de Przewalski en 2003, j’ai pu découvrir l’existence de l’hémione de Mongolie qui était très peu étudiée à l’époque. Elle attirait bien moins d’intérêt que le cheval de Przewalski et bien d’autres espèces sauvages, ce qui m’a poussé à faire des premières recherches en 2004 dans le sud-ouest de la Mongolie pour une organisation internationale œuvrant pour la réintroduction du cheval de Przewalski. C’est au cours de ces premières recherches que mon intérêt pour l’hémione s’est développé, fascinée par le comportement complexe et particulier de cette espèce. En 2006, je conduisais une mission d’exploration dans le sud du pays, où la population d’hémione était à l’époque connue pour être la plus importante. C’est au cours de cette mission d’exploration que j’en ai appris davantage sur les menaces affectant sa survie (braconnage illégal, compétition avec le bétail domestique pour l’accès aux ressources naturelles, etc.), le rapide déclin de sa population, et que j’ai compris l’importance d’agir rapidement pour sa conservation.

3. L’ONG a été créée en 2007. Quelles ont été les activités mises en œuvre et les résultats obtenus, notamment avec les communautés locales ?

De 2007 à aujourd’hui notre ONG a conduit différentes activités :

• recherches sur l’écologie de l’hémione / ses interactions avec les autres espèces animales (sauvages et domestiques) ainsi que sur les menaces affectant sa survie. Ces recherches nous ont permis de mieux comprendre son écologie et notamment d’en déterminer les services écologiques. Par exemple, pendant les périodes sèches de l’année, quand la majorité des points d’eau sont asséchés et n’ont pu être remplis par une pluie assez abondante ou fréquente, l’hémione de Mongolie creuse des trous au niveau du lit de rivières ou des points d’eau pour accéder à l’eau localisée en profondeur et accumulée par de précédentes pluies légères. L’hémione crée ainsi des trous d’eau qu’elle utilisera pour s’abreuver. Ces trous permettront également à d’autres espèces (sauvages mais aussi domestiques) de s’abreuver. Concernant les menaces, nous avons pu en déterminer une certaine variété affectant sa survie : braconnage et trafic illégal (viande, peau mais aussi organes pour la médecine traditionnelle) ; des lacunes dans les connaissances de la population locale concernant tous les services écologiques fournis ; une compétition avec le bétail pour l’accès aux ressources naturelles (eau et pâturages) ; une fragmentation de son habitat en raison du développement de routes et voies ferrées utilisées par les différents sites miniers de la région, etc. ;

• éducation à l’environnement / nous conduisons des activités d’éducation à l’environnement, en partenariat avec des écoles locales : activités participatives destinées à la population adulte (éleveurs, gardes travaillant dans les aires protégées, officiers travaillant à la frontière, moines bouddhistes etc.), publication de ressources éducatives dont un conte bilingue pour enfants, etc. Nos actions ont permis de sensibiliser avec succès la population de notre région d’étude à la protection de l’hémione leur permettant de mieux comprendre l’importance de protéger l’environnement ainsi que les services écologiques fournis par cette espèce dont la population locale peut bénéficier ;

• implication de membres de la communauté locale dans nos actions de conservation en tant que défenseurs de l’environnement citoyens / nos actions ont surtout été concentrées sur l’implication et la formation de moines bouddhistes et de leur famille à l’observation et à l’utilisation de pièges photographiques, nous permettant non seulement de contribuer à la sensibilisation de la population locale mais aussi à la collecte d’information d’importance sur l’écologie de l’espèce ;

• circuits touristiques axés sur l’écotourisme et la conservation de la biodiversité / nous conduisons des circuits d’observation de la faune sauvage et de science participative axés sur la conservation de la biodiversité du désert de Gobi et l’implication de la communauté locale. Nous devions avoir nos premiers circuits au cours de l’été 2020, malheureusement la pandémie du Covid19 a retardé notre projet. Nous espérons pouvoir les commencer dès que la situation le permettra ;

• ainsi que le développement des capacités professionnelles des gardes et spécialistes travaillant dans les aires protégées de notre région d’étude / Ce projet a été initialisé en 2016 à travers la formation des gardes à certaines méthodes de recherches et devrait se prolonger dès que des financements seront obtenus.

4. Quel avenir envisagez-vous pour Goviin Khulan ? Quelles seront les prochaines étapes ?

Nous espérons bien sûr pouvoir pérenniser nos différentes actions et enregistrer notre association en Mongolie afin de pouvoir employer de jeunes diplômés et des experts locaux et ainsi leur permettre d’être directement impliqués dans la conservation de la biodiversité de leur pays.

Les prochaines étapes de notre programme de conservation sont les suivantes :

• tout d’abord, suivant la demande de la direction des aires protégées du sud et sud-est Gobi, nous souhaiterions pouvoir développer et mettre en place le plus rapidement possible un programme de formation professionnelle destiné aux gardes mais aussi aux spécialistes travaillant dans ces aires protégées. Cette formation consistera en la conduite d’activités sur le terrain mais aussi en ligne tout au long de l’année afin d’offrir à ce personnel une formation avancée en écologie, en conservation de la biodiversité et en éco-tourisme, ainsi que certaines méthodes de recherche et de collecte de données appliquées à l’étude et à la conservation de la faune sauvage. Cette formation leur servira dans leur travail de suivi journalier et dans leurs actions de sensibilisation de la population locale. Elle leur permettra aussi de valoriser leur statut localement et internationalement en étant directement impliqués dans divers projets de recherches et de conservation ;

• nous souhaiterions ensuite, toujours en partenariat avec les aires protégées de notre région d’étude, soutenir la mise en place d’éco-clubs, où les gardes et spécialistes des aires protégées travailleront en partenariat avec les enseignants des écoles de la région pour la gestion de ces éco-clubs et la sensibilisation de la jeune génération à la protection de l’environnement et la gestion de la biodiversité ;

• nous envisageons également de former et d’impliquer en tant que "défenseurs de l’environnement citoyens" d’autres membres de la communauté locale afin d’améliorer la collecte de données mais surtout de renforcer au niveau local la sensibilisation à la conservation de la biodiversité ;

• une fois les financements obtenus nous continuerons nos recherches sur l’écologie de l’hémione de Mongolie et ses interactions avec les autres espèces et activités humaines. Nous élargirons également nos recherches à d’autres espèces animales menacées présentes dans notre région d’étude ;

• et bien sûr, une fois l’ouverture des frontières confirmée en Mongolie et la pandémie du Covid19 sous contrôle, nous reprendrons nos activités touristiques qui soutiendront non seulement notre programme de conservation mais également la communauté locale de notre région d’étude.

Toutes ces activités pour protéger un écosystème et une espèce animale tous deux vulnérables et très souvent oubliés mais dont l’importance écologique, culturelle, scientifique et économique sont d’importance.

Pour en savoir plus sur nos actions et notre association :

Notre site internet : https://www.goviinkhulan.com
Notre page Facebook : https://www.facebook.com/Association.GOVIIN.KHULAN
Notre compte instagram : https://www.instagram.com/goviinkhulan/

Dernière modification : 29/06/2021

Haut de page