Historique des relations franco-mongoles

Les premiers contacts entre la France et la Mongolie ont été noués au milieu du XIIIème siècle, par l’envoi d’un émissaire, le franciscain Guillaume de Rubrouck, à la cour des souverains gengiskhanides par Saint Louis en 1253-54. Toutefois les relations franco-mongoles sont restées ténues avant la reconnaissance de la Mongolie par la France le 27 avril 1965 et l’ouverture d’une Ambassade à Oulan Bator le 5 mai 1966. Après avoir été limitées par l’alignement d’Oulan Bator sur l’Union Soviétique, les rapports franco-mongols sont entrés dans une nouvelle phase dynamique après la Révolution démocratique de 1990.

La Mongolie considère la France comme l’un de ses « troisièmes voisins », cercle de pays au-delà de son environnement immédiat, avec lequel elle entretient une relation d’amitié ancienne (reconnaissance en 1965), et comme un partenaire important en Europe. La France considère la Mongolie comme un « partenaire privilégié en Asie » et soutient activement la voie démocratique suivie par la Mongolie depuis la révolution démocratique de 1990. Les deux pays développent leurs échanges et leurs coopérations en faveur des principes et d’intérêt communs : développement fondé sur les principes du respect des droits humains et de la démocratie, respect du droit international, renforcement du multilatéralisme, promotion du développement durable, préservation de la paix et de la stabilité internationale, attachement à la non-prolifération des armes de destruction massive, lutte contre le terrorisme, protection de l’environnement et de la diversité des expressions culturelles.
_
De 1990 à 2010, le développement d’échanges bilatéraux

La visite officielle du président Ochirbat (17-21 avril 1996), premier Chef d’Etat mongol à se rendre en France, est marquée par la signature d’un accord d’amitié et de coopération, et la conclusion de plusieurs accords techniques. Le Gouvernement décide alors la réouverture de l’Ambassade de France en Mongolie qui est effective en octobre 1996. Pendant les six années suivantes, les échanges ministériels et parlementaires deviennent plus fréquents, et la France prend place parmi les principaux partenaires européens de la transition mongole.

La visite de M. Renaud Muselier, secrétaire d’Etat aux affaires étrangères, en juin 2003, la première d’un membre du Gouvernement français depuis celle effectuée par Mme Corinne Lepage, Ministre de l’Environnement en 1997, consacre l’ouverture d’une mission diplomatique permanente et l’espoir de développer des rapports politiques et économiques à la mesure de l’importance croissante de l’Asie orientale.

La décision, en juillet 2003, des chefs d’Etat de co-parrainer la mission archéologique française en Mongolie, qui donne lieu depuis 2001 à d’importantes découvertes sur l’histoire des Hunnus (Xiongnu), confère à nos relations culturelles une dimension politique d’autant plus intéressante qu’elle porte sur l’identité du peuple mongol. L’ouverture, en octobre 2004, d’une Alliance Française à Oulan Bator et la négociation d’un nouvel accord de coopération culturelle, scientifique et technique ont consolidé des rapports culturels qui fondent de longue date une forte attirance réciproque.

Le Président N. Enkhbayar a effectué une visite officielle en France du 21 au 25 février 2007 et le Premier ministre S. Bayar a réalisé également une visite de haut niveau en France du 18 au 21 mars 2009. La France et la Mongolie ont célébré le 45ème anniversaire de leurs relations diplomatiques en 2010. Dans le cadre de ces commémorations se sont tenues à Oulan-Bator, en mai, de très substantielles consultations bilatérales franco-mongoles, qui ont permis de faire le point sur la coopération entre les deux pays et de réaffirmer leur volonté de renforcer leurs échanges dans tous les domaines.

Madame Anne-Marie Idrac, secrétaire d’Etat au Commerce extérieur s’est rendue en Mongolie les 13 et 14 octobre 2010. Elle a signé un accord de coopération bilatérale dans le domaine de l’énergie nucléaire qui favorisera la présence française dans l’exploitation d’uranium en Mongolie ainsi qu’une lettre d’intention pour le développement d’échanges en matière de sécurité civile.

Les relations franco-mongoles en 2018

La France se situe au quatrième rang des pays européens investisseurs en Mongolie en termes d’IDE. Elle est le treizième fournisseur de la Mongolie (troisième pays européen derrière l’Allemagne, avec 0,6% de part de marché) et son onzième client. Le commerce bilatéral demeure modeste, mais enregistre un excédent structurel. En 2016, les échanges bilatéraux franco-mongols s’élèvent à 14,8 millions d’euros : 9,3 M EUR d’exportations vers la Mongolie, pour 5,5 M EUR d’importations de produits mongols.

Dans le domaine nucléaire, Orano (ex-Areva) développe des activités d’exploration minière en Mongolie depuis plus de 20 ans, en partenariat avec les groupes mongol MonAtom et japonais Mitsubishi Corporation. Le Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energies Alternatives (CEA), qui a conclu un accord de coopération avec l’Agence mongole pour l’Energie nucléaire (NEC), contribue à la création d’un environnement facilitant la réussite du projet de l’industriel français et permettant à la Mongolie de tirer le meilleur parti du développement de cette industrie, au travers d’actions de formation du personnel local, d’information du public, s’appuyant pour cela sur l’expertise technique d’autres organismes français, tels le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM), l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).

La célébration en 2015 du cinquantenaire des relations entre la France et la Mongolie a donné un nouvel élan à la coopération franco-mongole. La visite d’Etat du Président ELBEGDORJ en novembre 2015 a permis la signature de plusieurs accords (mise en œuvre d’un programme de cofinancement de bourses ; utilisation du Fonds d’aide alimentaire ; amélioration génétique bovine ; coopération éducative, culturelle, scientifique et technique ; déclaration d’intention sur la coopération cinématographique ; tourisme).

Le 29 avril 2016, Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international, a reçu à Paris L. Prevsuren, ministre des affaires étrangères mongol. Les deux représentants se sont entretenus du développement des relations bilatérales franco-mongoles depuis la visite officielle du président Elbegdorj en novembre 2015.

Le ministre des Affaires étrangères, M. Jean-Marc Ayrault, s’est rendu à Oulan-Bator les 15 et 16 juillet 2016 lors du 11e Sommet Asie-Europe et s’est entretenu avec le Premier ministre mongol à cette occasion.

En visite officielle les 8 et 9 octobre 2018, le Ministre des relations extérieures de Mongolie D. Tsogtbaatar a rencontré le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves le Drian. Les ministres ont évoqué l’élargissement des relations entre les deux pays, sur les plans politique, de défense, économique et humanitaire. Le ministre Le Drian a noté que la coopération dans les domaines des énergies renouvelables, des mines, des transports publics ont porté leurs fruits. Il a plaidé pour un accroissement des échanges sur les thématiques agricole et spatiale. Des partenariats universitaires et culturels ont été évoqués dans le domaine de l’histoire et de l’archéologie. Le ministre Tsogtbaatar a profité de cette visite en France pour rencontrer des dirigeants d’entreprises tels que Thales, CIS et Atermes.

La France et la Mongolie poursuivent le développement de leurs coopération dans les domaines scientifiques et techniques, notamment en ce qui concerne l’archéologie, la sismicité, l’agronomie (génétique, identification des animaux, vaccins vétérinaires), le spatial, l’architecture et l’urbanisme durable. La coopération en matière de gouvernance et d’Etat de droit se développe au travers de formations conduites par l’ENA, le Conseil supérieur du Notariat et le Barreau de Paris.

L’Alliance française d’Oulan-Bator Mongolie contribue à l’enseignement de la langue française et au rayonnement de la culture français .

L’École française de Mongolie, qui détient une licence pédagogique du ministère mongol de l’Education, de la Culture, des Sciences et du Sport, accueille 40 élèves (entre 3 et 10 ans) de 10 nationalités différentes. Elle fait partie du plus grand réseau d’écoles françaises au monde, l’AEFE (Agence de l’Enseignement du Français à l’Etranger), en tant qu’établissement partenaire.

En matière de tourisme, la France est le deuxième pays d’origine de touristes européens en Mongolie (9770 en 2017), et soutient la promotion du patrimoine naturel et culturel, ainsi que le développement d’un secteur du tourisme durable et responsable en Mongolie.

La France et la Mongolie développent leur coopération militaire, par des actions de formation notamment et d’échange d’expériences (exercices Khaan Quest).

La région des Hauts de France, le département de l’Allier et la ville de Paris ont également développé des actions de coopération décentralisée, notamment dans le domaine médical et éducatif.

Dernière modification : 06/11/2018

Haut de page